mercredi 27 juillet 2011

27 juillet : sainte Nathalie, saint Aurèle et leurs compagnons


Ceci s'est passé au IXème siècle ; il ne faisait pas bon vivre à Cordoue pour les chrétiens. La jeune Nathalie s'y est révélée martyre, avec Aurèle, son époux, Liliose et Félix, leurs amis, et Georges, un moine venant de Palestine. Le lien avec l'abbaye de Saint-Gernain-des-Près à Paris est dû au moine bénédictin, Usuard, de cette abbaye parisienne, qui s'est rendu en Espagne en 857 et a rapporté dans son monastère les reliques de Nathalie et d’Aurèle.

Plusieurs dizaines de chrétiens furent massacrés à Courdoue entre 850 et 859. Leur histoire est connue grâce aux récits de l'un d'entre eux, saint Euloge, évêque de Cordoue à cette période.

Un jour, Nathalie a vu Aurèle, son époux, revenir bouleversé du centre ville. Il venait de voir un jeune homme insulté et fouetté par des musulmans au long du chemin. Cet homme était paisible et priant. Cet épisode a rendu les jeunes époux déterminés à ne plus vivre en cachette et à vivre plus visiblement leur baptême. Ils savaient que leur décision entraînerait leur mort. Ils confièrent leurs deux enfants de 5 et 8 ans à une veuve de martyr, qui était dans un monastère non loin de la ville, ainsi que toute leur fortune pour leur éducation. Ils convainquirent leurs cousins Félix et son épouse Liliose de se joindre à eux. Ce dernier couple vivait sa foi de manière très cachée. Stimulés les uns par les autres, Nathalie et Liliose décidèrent de sortir dans la rue sans leur voile. Arrêtées immédiatement elles furent conduites devant le cadi pour être jugées. Leurs époux furent recherchés et mis au cachot. On arrêta également un vieux moine quêteur de Palestine qui vivait chez eux. Comme il n’était pas espagnol, il craignait d’être expulsé du pays au lieu de subir le martyr. Alors, devant le tribunal il traita Mahomet de « fidèle du diable, ministre de l’antichrist, labyrinthe de tous les vices ». Son compte était bon. On tua d’abord Félix, puis Georges, puis Liliose, et enfin Aurèle et Nathalie en dernier. C’était le 27 juillet 852.

Etymologie du nom :
Du latin « dies natalis » « jour de la naissance » de Jésus.

Source : site de l'émission Dieu merci !
-

Aucun commentaire:

Publier un commentaire