dimanche 14 juillet 2013

Une joie, une préoccupation et une espérance



En ce 14 juillet, jour de fête nationale, j'ai une joie, une préoccupation et une espérance.

1) Une joie d'abord : suite au jugement en appel du 9 juillet dernier, Nicolas Buss a été libéré. A ce sujet, le site de La Croix est assez factuel et montre une tension certaine : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Nicolas-Buss-militant-de-la-Manif-pour-tous-libere-2013-07-09-984365. Le jeune a une attitude digne et courageuse, comme le relève le blog "d'un pélerin": http://assum.over-blog.org/le-proc%C3%A8s-de-nicolas-en-vrai. Mais ces informations montrent aussi que toute la justice n'a pas été rendue à Nicolas. Il a bien été libéré, mais cette libération a été assortie d'une amende et l'illégalité de son arrestation, de ses gardes à vue abusives (le 25 mai comme le 16 juin) et du traitement judiciaire de son cas n'a pas été reconnue. Il a été libéré mais non réhabilité, mais non innocenté, comme le signale le site Aleteia : http://www.aleteia.org/fr/politique/actualites/manif-pour-tous-nicolas-libere-mais-pas-innocente-2460001.

L'article de La Croix mentionné ci-dessus donne aussi le message d'apaisement de parents du jeune Nicolas. Lui-même a aussi adressé un message dans ce sens sur le site de Twitter : http://www.twitlonger.com/show/n_1rl9bfk. Le site de la Manif pour Tous avait aussi fait un communiqué d'apaisement, tout en rappelant quelques vérités : http://www.lamanifpourtous.fr/fr/toutes-les-actualites/728-la-manif-pour-tous-se-rejouit-de-la-remise-en-liberte-de-nicolas.

Donc cette joie n'est pas complète.

2) Une préoccupation ensuite : la répression a bien eu lieu (voir à ce sujet la résolution du Conseil de l'Europe dans un article précédent et voir aussi cet article d'Aleteia : http://www.aleteia.org/fr/politique/actualites/repression-des-manifs-pour-tous-leurope-condamne-et-enquete-2257001) et rien ne dit qu'elle ne va pas se poursuivre. Il n'est qu'à voir les réquisitions du parquet lors de ce procès en appel.

Le pouvoir politico-médiatique a favorisé les amalgames douteux dans le cas de la mort de Clément Méric, comme l'a révélé la station RTL : http://www.rtl.fr/actualites/info/article/clement-meric-la-video-de-l-agression-a-parle-7762597802, et dans le cas de l'agression du 8 avril, revendiquée comme homophobe par le lobby LGBT, pour laquelle les manifestants pour la famille étaient bien hors de cause, comme le confirme l'article de Causeur, signé par Jacques de Guillebon : http://www.causeur.fr/homophobie-manif-tous,23370. Mais le pouvoir politico-médiatique a fait aussi dans la mesquinerie sectaire avec la demande d'expulsion de Frigide Barjot et de son mari Basile de Koch. Ceux-ci ont pu s'expliquer en vérité dans une lettre ouverte: http://www.causeur.fr/barjot-de-koch-appartement-paris,23197. Ce pouvoir est vraiment minable.

Par ailleurs ce pouvoir continue ses velléités de légiférer, aveugle et sourd aux opinions raisonnables contraires : après le cas du mariage pour tous, il prévoit de légiférer en force sur la recherche sur les embryons et sur l'euthanasie, au mépris de toute concertation sérieuse avant une réforme sociétale ! Ces lois ou projets de loi sont instrumentalisés pour faire oublier l'impuissance du pouvoir en matière économique; ils ne font qu'attendre la reprise ! Et il faut aussi relever le dédain affiché vis à vis des classes populaires françaises ! Mais Mgr Aillet le dit mieux que moi dans cet article d'Aleteia: http://www.aleteia.org/fr/religion/documents/mgr-marc-aillet-un-ete-a-haut-risque-2491001.

3) Mais Je conserve une espérance : une lumière apparaît dans cette obscurité.

Ne faudrait-il qu'attendre les prochaines élections ? N'y a-t-il aucune opposition digne de ce nom en France ? Le projet "méta-politique" du mouvement de l'écologie humaine me semble plus sérieux (cf. sur le site d'Aleteia : http://www.aleteia.org/fr/mode-de-vie/documents/ecologie-humaine-etre-uns-ensemble-2432001. Le mouvement des Veilleurs (assis ou debout) me semble aussi porteur d'espérance pour sortir du totalitarisme actuel (au sens d'Hannah Arendt dans sa réflexion sur la banalité du mal : qui refuse toute pensée approfondie et enracinée, et toute vie intérieure véritable).

Mais plus encore la foi est une lumière, comme le proclame la dernière encyclique du pape François. Notre temps en a singulièrement besoin !

"Notre secours est le nom du Seigneur" (Ps 123)



Aucun commentaire:

Publier un commentaire